Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

Le GRAND MONARQUE avec Maurice Poulin / Chapitre 5.2

par panthère58, vendredi 10 février 2023, 19:53 (il y a 115 jours) @ panthère58

:-) EN ATTENDANT LA VENUE DU GRAND MONARQUE
Avec Maurice Poulin


Lien vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=jxupC5SMYuQ


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=3E2t96Tvpto

Start sending those shadows away
And if you know who you are
You are your own superstar
And only you can shape the movie that you make


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=JqXwmW-OTIQ

Thor (Osiris / Horus) partage son pouvoir avec les jeunes Asgardiens (les Humains) qui ont été enlevés.

[image]

[image]

Chapitre 5
SPIRITUEL AU FÉMININ
GRAND MONARQUE OU… GRANDE MÈRE ?

DEUXIÈME PARTIE

Maurice Poulin fait ensuite allusion à la déesse Ninmah (la Très Haute Dame) associée à l’étoile Naos

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 253 : Dans la mythologie égyptienne, Isis-Hathor régit le Meskhenet, "la chambre des naissances". Elles et ses trois sœurs : Nephtys (Inanna-Ištar), Serkit (Ninmah) et Neith (Dim’mege ou Lilith), forment les quatre Meskhenut, les déesses de la naissance. On trouve symboliquement Isis et ses trois sœurs sur les quatre faces des colonnes des sanctuaires dédiés à Hathor. Cet ensemble de déesses forme les quatre faces cachées d’Hathor, à savoir : la mère des origines (Serkit-Ninmah), la mère et femme d’Horus (Isis-Sé’et ou Hathor elle-même), la mère initiatrice (Nephtys-Inanna) et la mère du monde abyssal (Neith-Dim’mege). Nous pouvons aussi ajouter que les trois déesses représentent, avec Isis, les quatre piliers osiriens qui entourent le tombeau d’Osiris – selon la tradition.

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 180 : Et avec raison, du point de vue mathématique, car Naos a une latitude sud de plus de 58 degrés…

[image]
L’Assemblée primitive d’Égypte ou l’Arbre des Sephiroth

« Le Réveil du Phénix », Édition 2020 (2010), Anton Parks, narration d’Horus / Neb-Heru (seigneur Horus), en pages 56-57 : En quatrième position se place le siège de ma tante Serkit (Ninmah). Dans la divine Assemblée, Serkit est dénommée « Seshedj », « la couronne ». Serkit est la divine accoucheuse des Neteru ténébreux (les Anunna), multiplicatrice d’une partie de la nouvelle humanité et ancienne concubine de mon père Asar [Osiris]. Pendant très longtemps, elle a été la grande reine de Kharsağ et des Gina’abul rescapés de la guerre de Mulmul (les Pléiades), ainsi que l’épouse de mon oncle Šeteš au début de l’établissement de la colonie.

Serkit est la gardienne de la doctrine secrète, elle est le réceptacle de tous les pouvoirs. Ses symboles et attributs sont le sceptre, le bras gauche, la bienveillance, le pouvoir ancestral, la majesté, l’autorité, l’excès, la naissance et la créativité. Seshedj figure également la cohésion, la synthèse et l’ordre dans la divine Assemblée.

Ses rapports prolongés avec mon oncle Šeteš [Seth] et Itemu [An] fait d’elle la prêtresse qui connaît le mieux les ennemis du clan de mes parents. Je pense que son union lointaine avec mon père lui a permis de corriger sa vision du monde et de se ranger aujourd’hui du côté de ma mère [Isis]. Lorsqu’elle n’est pas avec nous dans le Kigal souterrain, elle vit désormais dans les montagnes et s’occupe des exclus, des veilleurs Adinu (éclairés), les anciens Urshu (guetteurs) de . Ils scrutent le ciel pour observer le parcours imprévisible et chaotique du Benu (le Phénix-Vénus).

La toile de Maurice Poulin s’étend jusqu’à Montréal (Ville-Marie) et la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, en passant par l’étoile polaire Stella Maris (Étoile de la Mer), la couleur bleue, gamma Voiles, l’étoile principale de la Vierge Spica (blé), la Vierge Marie, Bethléem (Maison du Pain)

La constellation de la vierge
par baltazar10668, Nivelles Belgique, lundi 07 septembre 2015, 07:57 (il y a 934 jours)

Pour l'anecdote : La Vierge est une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 16 septembre au 30 octobre.

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 183 : Mais si Spica est l’étoile de Jésus, c’est donc gamma Voiles qui est celle de Marie…

Donc, la composante verte présumée de gamma Voiles symboliserait le Saint-Esprit, tandis que la bleue symboliserait Marie, Saint-Esprit et Marie étant indissociables.

Isis prototype de la Vierge Marie
Jésus et Marie les deux faces d’une même médaille (Edgar Cayce)

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 184 : C'est pourquoi j'ai (au moins temporairement) donné le nom de Voile d'Isis à gamma Voiles, ainsi que le nom Cybèle, Isis et Cybèle évoquant naturellement un symbolisme matriarcal très pur.

Le gamma vert de MARVEL


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=u9wvagBcr8s

Le Ragnarök du 24 février 2023 avec la déesse de la Mort... C'est là que le loup du Chaperon Rouge se montre la face... sous un masque de bonne grand-mère !

Maurice Poulin analyse le sixain 44 qui recèlerait une histoire d’amour
Puis il s’attarde sur un aspect astrologique Isis Hathor / Lune / Vénus au-dessus de Montréal lors du 2 juin 1970 impliquant aussi les Pléiades et qui nous ramène en Égypte, à Dendérah (temple d’Isis) et à Hatshepsout

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en pages 190-191: Pléiades que les Égyptiens figuraient fréquemment par une colombe, qui est l’oiseau préféré de Vénus, déesse de la beauté et de l’amour dans la mythologie ; ce qui renforce évidemment notre propos féminin. Colombe qui est également, dans l’Église, un emblème de l’Esprit-Saint, comme on l’a aussi vu dans le présent chapitre.

Maurice Poulin évoque Maïa, l’une des sept filles d’Atlas en lien avec les sept étoiles principales des Pléiades

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en pages 98-99 : Dans le contexte funéraire égyptien (cf. Livre des Morts, chapitre 148), les sept Hathor sont plutôt représentées comme sept vaches grasses qui accompagnent le taureau de l’Occident (le roi défunt assimilé à Osiris), vers le soleil couchant, en direction de l’A’amenpteh (l’Atlantide).

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=199447

Extrait : « Le Secret des Étoiles Sombres – Tome 1 », 2005 / 2016, Anton Parks, en page 91, note de bas de page #44 : Selon ma compréhension, le système stellaire de l’Ubšu’ukkinna correspond à l’étoile dénommée Maïa dans les Pléiades. Ce système stellaire contient 12 planètes. Le terme Ubšu’ukkinna est généralement traduit par les spécialistes en "l’assemblée" ou "le lieu de l’assemblée divine". Sa décomposition traduit pourtant son sens véritable : en UB (région, partie de l’univers, retraite) ; ŠU (force, pouvoir, puissance) ; UNKIN (assemblée) ; NA (station, être humain). Dans le contexte qui nous occupe, ce thème s’interprète en UB-ŠU-UNKIN-NA "la puissante partie de l’univers - station de l’assemblée". Dans un contexte "terrestre" UB-ŠU-UNKIN-NA peut textuellement s’interpréter en "la retraite du pouvoir - l’assemblée des humains". Chaque grande ville de Mésopotamie possédait un Ubšu’ukkinna à l’image de celui des "dieux" lorsqu’ils présidaient les affaires humaines. L’UB-ŠU-UNKIN-NA céleste des Sumériens englobe le Dukù qui représentait pour eux le "Saint Monticule", le lieu des origines des dieux.

Les Indiens Hopi de l’Arizona nomment l’Ubšu’ukkinna céleste Toonaotakha qu’ils traduisent en la Confédération des planètes. Il s’agit de la contrée céleste à 12 planètes où vivent les Kachinas, les guides spirituels des traditions hopies. (cf Ours Blanc, "KÁSSKARA UND DIE SIEBEN WELTEN"). Le système stellaire Toonaotakha est justement situé dans les Pléiades que les Hopis nomment "Seven Sisters". Il est intéressant de noter que le terme Toonaotakha est formé de la racine hopie Toonao qui veut dire "appartenir à un groupe", elle-même tirée du terme Toonam "groupe" ou "conseil tribal". Une fois de plus, tout s’accorde parfaitement.

« Le Secret des Étoiles Sombres – Tome 1 », 2005 / 2016, Anton Parks, section Archives et Décodages, en page 333 : Le chiffre sept possède une connotation sacrée à travers le monde et particulièrement en Mésopotamie. Il n’est pas sans rapport avec les Pléiades que les Indiens Hopi de l’Arizona assimilent aux "Seven Sisters" (les sept sœurs), constellation qu’ils honorent comme étant le lieu où les divinités créatrices résident.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 98 : Celles qui apportaient le bon présage divin en Égypte étaient les Sefekh Shepsitu, "les sept déesses vénérables", dénommées également Hut-Heru’z, "les sept Hathor". Ces sept Hathor formaient une communauté de déesses dont le rôle était de repousser le mal, de favoriser tout phénomène de naissance et d’annoncer la providentielle inondation du Nil.

« La Dernière Marche des Dieux », Anton Parks, en page 132 : Selon des versions plus tardives rapportées entre autres par Diodore de Sicile (1er siècle av. J.-C.), dans sa Bibliothèque Universelle (Livre III, chapitre 31), Atlas était le père de sept filles baptisées Atlantides. Aimées des dieux et des demi-dieux, les récits à leur sujet font descendre les anciens héros des sept Atlantides. Dotées d’une brillante intelligence, elles incarnaient la déité aux yeux des hommes, c’est pourquoi on leur attribua une place de choix dans le ciel : les Pléiades. Au même nombre que les îles des Canaries, les sept filles d’Atlas, assistées par un dragon à cent têtes, veillaient sur le jardin des dieux où poussaient des pommes d’or, symboles d’immortalité.

« Le Livre de Nuréa – Tome 0 », Anton Parks, en page 98, notre de bas de page 65 : Les manuscrits gnostiques assimilent Sophia (en grec la Sagesse) à la Déesse-Mère qui donna lieu au processus de la création originelle. Cette "Sagesse" se retrouve dans de nombreux écrits anciens comme la Bible et incarne d’une façon astucieusement détournée la Déesse-Mère. Elle est dissimulée aussi dans le terme hébreu Hokhmah (Sagesse). En traduisant ce mot en sumérien (le "o" n’existe pas dans cette langue), nous obtenons : HU-UK-MAH "l’oiseau courroucé qui élargit". Que peut élargir la Sagesse sinon la conscience ? L’oiseau ou la colombe est un symbole universel de la Déesse-Mère que le christianisme détourna pour incarner le Saint-Esprit. Cet oiseau courroucé porte la responsabilité de la première création. Il ressemble étrangement à la Sophia des textes gnostiques, entité féminine déchue par ses propres actes et à cause des agissements du Démiurge. Les textes gnostiques la disent "outragée" par les archontes, c’est-à-dire les "mauvais anges" qui la garde prisonnière de ce monde.

« EDEN, la vérité sur nos origines », Anton Parks, en page 252 : Dans ces grandes thématiques de la préhistoire la plus reculée, la Déesse-Mère était garante de la science divine transmise à l’humanité et elle veillait sur le genre humain, comme le fait une mère avec ses enfants.

Hathor vue comme Vénus, l'Étoile du Soir

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 196 : Fait complémentaire intéressant, il y a un mythe (apparenté à celui d’Hathor) où il est question de Sept Hathors, déesses égyptiennes dont le rôle était assez semblable à celui joué par les fées de nos contes occidentaux, qui fixait la destinée de chaque enfant à la naissance.

« ADAM GENISIS », Anton Parks, en page 380 : Nous savons que dans la mythologie égyptienne, Isis représente l’aurore et Nephtys le crépuscule. […] Nous avons vu dans le présent ouvrage que Nephtys correspondait à Ninanna (Innana)…

« ADAM GENISIS », Anton Parks, en pages 385-386 : An (le roi des dieux) invite les dieux à donner à Ninanna le nom "d’Ištar des étoiles" comme étant "la plus brillante d’entre eux". C’est Vénus qui montre la route des étoiles. Dilbat, en tant qu’Étoile du Soir, sera l’Ištar d’Uruk. Elle sera, en tant qu’Étoile du Matin, l’Ištar d’Akkad.

Maurice Poulin nous partage une vision provoquée par une médium, qu’il a eu le 18 novembre 1990 et qui a eu de surprenantes répercussions par la suite

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 202 : Dans la Bible, il est question de plusieurs Caleb.

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 203 : Caleb signifie Chien. Naturellement, on ne pensera pas à l’animal de ce nom, mais plutôt à la constellation du (Grand) Chien, dont l’étoile alpha, Sirios, était traditionnellement associée tant à la période de Canicule – mot lui-même dérivé de Chien – qu’à celle de la crue (du Nil) en Égypte, d’où Moïse voulait justement sortir, à l’époque où il envoya Caleb en éclaireur vers la Terre Promise.

Caleb / Sirios racine du mot hébreu Shaddaï, le Tout-Puissant, le titre le plus ancien de YHWH
Selon l’exégète Rachi, il y aurait un deuxième esprit habitant la conscience de Caleb et qui s’exprimerait par le cœur

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 205 : Bref, ceci suggérerait une double appartenance de Caleb au (Grand) Chien et au Lion célestes, et même peut-être un peu plus, en relation avec sa fille Akhsah… Il est donc possible que Akhsah désigne l’aspect féminin de Sirios, celui qui serait associé à la fertilité et la vie, car Akh est aussi le nom de l’inondation (associée à l’étoile), et la racine de Akhet, saison de l’inondation, en relation avec la splendeur de la nature et de sa verdure (végétation). Malheureusement, il n’est pas précisé ce que signifie « sah ».

[image]

Extrait du tome II, d'Anton Parks, pp.360-361 : Osiris symbolise le renouveau de la nature, et tout Égyptien décédé portait son nom. En tant que premier "dieu" mort et ressuscité, il était considéré comme le premier initié d'Égypte. Les traditions lui attribuent l'invention du blé [pas la farine d'insectes...], il est la divinité de la germination du grain d'où les Égyptiens tiraient un présage d'immortalité. Une fête importante, celle du mois de Khoiak, célébrait les mystères de la passion, de la mort et de la résurrection d'Osiris.

Les inscriptions des murs du temple de Dendérah expliquent que le mystère de la passion d'Osiris débutait par une cérémonie de labours et de semailles le douzième jour du mois de Khoiak. Le 21, on couvrait d'orge, d'avoine, d'encens, d'aromates et de pierres précieuses la représentation en or de la momie d'Osiris. […] Grâce au KIR-IŠ-TI comme Osiris et Jésus, la mort n’est plus considérée comme une destruction mais comme un passage. Ce passage effectué par l’âme était gravé dans l’argile par les anciens Sumériens sous la forme suivante…

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Khoiak
Extrait : Dans l'Égypte antique, Khoiak (ou Choeac) est le quatrième mois de la saison Akhet du calendrier nilotique (basé sur la crue du Nil). Ce mois correspond à octobre-novembre du calendrier grégorien.
Durant le premier millénaire avant notre ère, les Mystères d'Osiris se tenaient au mois de Khoiak dans plusieurs villes égyptiennes afin de commémorer les principaux épisodes du mythe osirien ; assassinat d'Osiris par Seth, sa momification par Isis et Anubis et sa victoire sur la mort.

Lien « Sah » :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=199279

Extrait :

« L’Oracle de l’Oiseau Tonnerre – Tome 4 », Anton Parks, en page 448, section ARCHIVES et DÉCODAGES : Dans les textes funéraires égyptiens, Septet (Sirius) est l’épouse de Sah (la constellation d’Orion) et la mère du roi défunt. Elle se rattache à Isis, tout comme Sah se lie symboliquement à Osiris, [et comme l’Étoile du Matin l’est au roi] et à Horus. Sirius (Isis) nourrissait allégoriquement le roi mort pour son voyage et la subsistance qu’elle lui procurait lui suffisait pour une année (année sothiaque). Sirius (Isis) guidait et contrôlait la marche du roi défunt tout en le protégeant de ses ennemis. Elle le lavait aussi dans l’Au-delà pour qu’il devienne une Étoile Impérissable. Selon le Texte des Pyramides, elle était à la fois la mère du roi et sa sœur qui s’unissait à lui. De leur union naissait l’Étoile du Matin (Vénus), le roi réincarné.

« Le Réveil du Phénix – Tome 3 », 2010 / 2020, Anton Parks, en page 226, narration d’Heru (Horus) : Aset (Isis) me révéla alors qu’après la mort d’Asar (Osiris), elle passa du temps à essayer d’entrer en contact avec lui dans la zone de Sah (Orion). À ma grande surprise, elle m’annonça avoir réussi à le faire. Ce fut pour elle l’un des plus beaux moments de son existence, après tant de chagrins et de désillusions. Je lui ai demandé pourquoi il était question de Sah (Orion) alors que les origines de notre famille se trouvaient en Septj (Sirius). Aset me dit que nos chairs étaient liées à Septj, mais que nos essences étaient attachées à Sah, ajoutant qu’en Sah siégeait notre famille céleste, l’ensemble de nos Nut-Bau (âmes communautaires).

« Le Réveil du Phénix – Tome 3 », 2010 / 2020, Anton Parks, en page 300, message posthume de Sa’am (Enki-Ptah-Osiris) à lui-même sous la forme d’Heru (Horus) : Ce que je peux te dire, c’est que l’ensemble de notre groupe formé de Nut-Bau (âmes communautaires) quitta Septj-Khemt (Sirius 3) pour se déplacer vers Sah (Orion). Sah est un point stratégique pour notre mission qu’il nous faut achever. Les natifs de Sah, évoluant dans la même fréquence que la majorité des Gina’abul, se nomment bien entendu les Urmah. Les Urmah et Sah symbolisent notre point d’attache et notre refuge tant que durera la folie des Gina’abul. Nous sommes liés à eux jusqu’à la fin de toute cette histoire, jusqu’à ce que les Gina’abul qui ont envahi notre monde se retirent.

La racine hiéroglyphique égyptienne Akh serait un autre nom de Sirios et relié au « cobra » et à « l’œil du soleil »
Le « cobra » et « l’œil du soleil » liés au troisième œil (Kundalini que les gnostiques nomment Divine Force)

Voilà peut-être, possiblement, l'énigme, le mystère du Grand Monarque résolue. Il se trouve en chacun de nous : Kundalini et Glande pinéale à réveiller, à éveiller, à maîtriser.

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 182-183 : Les recherches ont pu établir que la glande pinéale pouvait recevoir comme une antenne capable d’intercepter les radiations électromagnétiques de la Lune et celles en provenance du Soleil, et même d’éveiller la production de certaines substances neuro-transmetrices qui stimulent l’activité physique et mentale. Notre tête est hermétiquement imperméable à la lumière, seule l’éclairage capté au travers de la rétine des yeux peut atteindre la glande pinéale. Étrangement, les concepts de captation des énergies solaire et lunaire, et celui de la puissance d’Horus, sont liés aux deux yeux horiens arrachés par Seth ! En effet, nombre d’allusions sont faites dans les textes funéraires entre les Yeux d’Horus et les deux principaux luminaires de notre Ciel.

Incontestablement, des éléments relatifs à l’activité pinéale et des découvertes modernes sur le fonctionnement du cerveau se retrouvent dans des formules funéraires égyptiennes.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 309 : On allumait le feu pour un dieu spécifique ; bien souvent à Horus, guerrier lumineux dont le combat repousse le mal et met en fuite Seth. L’Œil d’Horus incarne le Feu sacré des temples, mais le Feu Sacré lui-même représente l’Uraeus, le serpent frontal d’Horus que l’on retrouve sur la couronne des Pharaons. Nous le savons désormais, il s’agit de la pierre lumineuse tombée du front de Lucifer, sa force vitale perdue qu’il faut retrouver, "reconstruire", polir et savoir maîtriser.

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=199375

Extrait : « MESSAGERS de l’Aube », Barbara Marciniak, en page 45 : Lorsque vos yeux anciens [yeux d’Horus = glande pinéale] s’ouvriront en vous, non seulement serez-vous capables de vous brancher sur l’ensemble de votre propre histoire personnelle, mais vous serez également en mesure d’accéder à l’histoire de la planète, à celle de la galaxie de même qu’à celle de l’univers. C’est alors, en vérité, que vous découvrirez qui sont vos dieux.

Lien : http://www.bible-en-ligne.net/bible,42N-11,luc.php
11:34 Ton œil est la lampe de ton corps. Lorsque ton œil est en bon état, tout ton corps est éclairé; mais lorsque ton œil est en mauvais état, ton corps est dans les ténèbres.

« Le Secret des Étoiles Sombres – Tome 1 », Anton Parks, en page 104 : "Le refuge du pharaon est son œil, la protection du pharaon est son œil, la force victorieuse du pharaon est son œil, la puissance du pharaon est son œil."
Les Textes des Pyramides, 320, a-b

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 206 : Ceci concernant l’aspect supérieur de la Force associée (en principe) à Sirios, expression stellaire du Tout-Puissant, comme nous venons de le voir.

Cette gloire du Tout-¨Puissant était associée à l’étoile de la Sagesse, gamma de la constellation des Voiles, selon notre hypothèse.

« Le Grand Monarque à l’ère du Verseau », Maurice Poulin en page 207 : Au plus haut niveau, leur bon fonctionnement [chakras] permettrait la manifestation de facultés supérieures de l'âme, comme on l'a vu.

[image]

« SAGESSE »


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=QsSdmlNVdzA

À 1H20’12" du vidéo : Baphomet

• « Baphométisme » voudrait dire « immersion dans la lumière, la sagesse »


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=F6MSOMTQn5Y
« Du Plérôme à la Matière » avec Hanael & Anton Parks - NURÉA TV
58 260 visionnements Diffusé en direct le 10 avr. 2019
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

À 1H25’13" du vidéo : L’essai « Corpus Deae »

Le Baphomet des Templiers n’est autre qu’une déesse égyptienne
La Passion et Résurrection d’Horus, des scènes qu’on retrouve dans le Nouveau Testament

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 324 : Le détournement de l’information ou des énergies ne date pas d’aujourd’hui. On le voit par exemple avec le Baphomet sur lequel nous avons largement travaillé et lui-même décodé. Selon de nombreux échos, cette figure transformée en démon et employée lors de rites sataniques servirait de représentation au cœur de cérémonies de haute magie noire. Or, nous savons qu’il s’agit à l’origine de la Vierge Bat, figure protectrice d’Hathor, donc de la Déesse-Mère égyptienne.

« Le Chaos des Origines », Anton Parks, en page 39 : Dans l’Arbre de Vie judaïque, Chokma (la Sagesse) contient l’énergie de toutes les Sephiroth de la Kabbale ; elle met en action la volonté de la première sphère dénommée Kether, à savoir l’émanation première. En Égypte ancienne, la Sagesse Chokma se dit Sekh’Mâa, « grande force ». Il s’agit d’une épithète d’Osiris, lui-même au service de la Sagesse de sa mère Nut (le Ciel).

La Sagesse de Salomon (Thot) et du vrai Salomon (Osiris)...

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=199426
Extrait : « Le Livre de Nuréa – Tome 0 », Anton Parks, en page 100 : Pour pallier ce risque lors des manipulations, elle employait la force universelle du Níama – la puissance tirée de l’énergie vitale – dont les Matriarches Sombres possédait la maîtrise parfaite. Cette énergie omnipotente permet, par exemple, de soulever des objets massifs par la force de la pensée. Barbélú faisait léviter les gros cristaux avant chaque usage manuel ou avant toute lecture. Elle pouvait ainsi les sortir avec soin de la bibliothèque et les remettre en place de la même façon.

Lien Complément Surprenant (à la toute fin du Complément) :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=198769

Extrait : Dernière Cène, observez le mot "soleil" et trouvez les mots qui s’y cachent
Soleil → Seul Œil → Glande Pinéale

Troisième Œil, Glande Pinéale, Paraclet, Níama, la Force propulsée par la Kundalini

« Le Secret des Étoiles Sombres – Tome 1 », Anton Parks, en pages 124 à 127, extraits de Nammu (Nut-Noréa) qui enseigne à Sa’am (Enki-Osiris) la sexualité sacrée : Tu ne pourras pratiquer Téskug (sexualité sacrée) sans éveiller celle que les Ušumgal (Grand Dragon) nomment Kundalini. Tu as dû en entendre parler. Sans doute as-tu l’habitude de l’éveiller en méditant ?

Sa'am [Serpent biblique] : Oui, je connais Kundalini. Elle est le principe qui régit l’énergie latente présente en chacun de nous. Cette énergie est la conscience suprême et infinie. Sans elle, je ne pourrais utiliser le Níama [la Force dans Star Wars, glande pinéale]. Aussi longtemps que Kundalini est inactive, l’être reste semblable à un animal et le véritable entendement [Paraclet] n’émerge pas.

Nammu : Nous pratiquons tout aussi bien la voie mystique que tu connais en partie, et la voie tangible qui implique l’utilisation des deux sexes.

Mais nous n’utilisons pas cette énergie de la même façon que les Ušumgal. Nous, Amašutum, aimons plutôt prononcer Kundalimi, sais-tu pourquoi ?

Narration de Sa'am : En décomposant Kundalimi en KUN-DA-LI-MI, cela me donna : "Puissance échelle mille". Je ne saisis pas ce que le chiffre mille venait faire là. Mais brusquement, je me souvins qu’il symbolisait l’éternité.

Kundalimi veut dire "la puissance mille de l’éternité", lui répondis-je.

– Très bien, mais il te faut savoir que ce chiffre symbolise pour nous Taltal (la Sagesse). Kundalimi est la puissante échelle de Taltal.

Narration de Sa'am / Enki / Osiris : À cette époque, mes méditations ne réclamaient jamais la virtualité en chaîne de l’ensemble des sept Šagra. En fait, je n’avais pas l’habitude de faire monter l’énergie le long de la Kundalini pour méditer, mais uniquement pour obtenir la potentialité complète du Níama. Cet automatisme inné, ce réflexe gravé dans mes gènes, me donnait la possibilité d’irradier mes Šagra en un clin d’œil. Là, résidait la clef de la force des Ušumgal, mais aussi leur faiblesse, ce procédé apportant une fatigue fulgurante. Le fait de devoir prendre mon temps me plaça dans une notion temporelle tout à fait nouvelle. Après de laborieux préliminaires, je fus subitement assailli par un tourbillon d’images et de sensations. C’était à la fois inouÏ et indescriptible.

Note de bas de page 54, extrait : L’exaltation prolongée ainsi produite éveille l’état d’identité absolue qui préfigure l’illumination divine. Elle crée une sensation compulsive de lumière qui jaillit du haut de la tête. Il est d'ailleurs intéressant de traduire le terme Tantra en sumérien : TÁN-TA-RÁ "Ce qui apporte une nature lumineuse" ou encore "Ce qui apporte une nature libre ou pure".

[image]
© 2007 / 2020, Éditions Nouvelle Terre, Anton Parks

« ÁDAM GENISIŠ – Tome 2 », Anton Parks, en page 82, narré par Sa’am (Enki / Osiris) : Cette énergie transforme les êtres à jamais. Il doit être bien pénible pour un individu de devoir assumer subitement cette puissance qui rend quotidiennement alerte. Le Níama protège, mais peut aussi détruire en un clin d’œil. C’est un lourd fardeau que de contenir son énergie.

[image]

En conclusion, le Kébek pourrait devenir la nouvelle Terre Promise parce que le lien Caleb / Sirios serait centré sur le concept de l’eau

On dit des Kébékois qu’ils sont des « Porteurs d’eau ». Selon Antoine Gigal, pharaon veut dire « porteur » !


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=VAExQqAPj_I

À 0H25’07" du vidéo : Les titres de Marie

Porteuse de la Lumière et de la Vérité

Ainsi, on peut figurer Isis / Meri comme étant la « Marie »

[image]

CONCLUSION DE CE DOSSIER



Lien vidéo sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=k2ibHnS1YBw

À 0H23:17 du vidéorandia : Dieu(x)

Richard Glenn : Alors quand on va parler de « dieu », ou d’un « dieu », bien faudrait savoir c’était lequel qui était en nomination à cette époque-là. […] C’est tellement compliqué d’entrer dans l’histoire secrète du passé de l’humanité et de la Terre, et des civilisations extraterrestres qui ont colonisé la Terre avec leur génétique, avec leur approche différente, et qui ont abandonné des fois des colonies pendant des milliers d’années. Et que finalement, ils se sont rejoints.

À 0H40:13 du vidéorandia : Les Égyptiens

Marc Saint-Germain : Avant les Grecs allaient en Égypte pour s’instruire. Parce que les Égyptiens étaient détenteurs de leurs archives anciennes. Et dans ces archives, ils avaient gardé toute l’historique du début, au moment où les « dieux » régnaient sur Terre parmi les hommes. Après ça, tu avais le règne des demi-dieux et ensuite les pharaons. Les pharaons, ça c’est l’histoire que l’on connaît.


Lien vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=QZ5J-IY1lEs

À 0H55:51 du vidéorandia : Les pyramides

Bob : C’est fascinant parce que finalement les pyramides, ça nous amène à l’archéologie interdite…, ça nous amène sur le dossier extraterrestre… Les pyramides, ça emmène tout [ça mène à tout]. Et puis même les religions. On sait aujourd’hui que la chrétienté, et toutes les religions, elles sont basées sur du païen au départ. Les dieux, etc. Et les Égyptiens ont déjà été là-dessus.


Lien vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=SR1zSfWoXo4

À 0H08:05 du vidéorandia : Citation de [Jean] Cocteau

Dr. Luc Bodin : Et j’ai repris, un petit peu à mon compte, l’histoire de Cocteau qui disait : « Plus j’étudie l’Histoire, et plus je m’aperçois qu’elle est fausse ; et plus j’étudie les mythes, et plus je m’aperçois qu’ils sont vrais. »


Lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8lQ5ZF0odX8&feature=youtu.be

À 0H55:14 du vidéorandia : Les Grecs ont été initiés en Égypte

Claude-Gérard Sarrazin : « Officiellement, lorsque l’empire romain est devenu chrétien, mais ce n’est pas le christianisme de Jésus-Christ, c’est un christianisme plus normal comme on connaît, plus règlementaire, ils ont fermé les écoles de mystères et tous les temples grecs, romains, et surtout égyptiens, puisque tout venait de l’Égypte. Les Grecs ont été initiés en Égypte. »

[image]

COUPLE MESSIANIQUE

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 140 : Pourquoi ? Parce qu’Isis et son frère Osiris étaient regardés comme des amants cosmiques, ceux qui étaient censés pouvoir soigner la Terre de ses maux.

Isis et Osiris personnifiaient ce couple messianique. Osiris réincarné en Horus personnifiait le Messie. Horus l'aîné personnifiait Jean le Baptiste (Grand Monarque). Nephtys personnifiait Marie-Madeleine. L'essai de Maurice Poulin est une pièce de théâtre qui s'est déroulée voilà des milliers d'années.

Selon le couple Hanael et Anton Parks, la dernière fois qu'on a entendu parler du couple de jumeaux célestes Horus / Nephtys, ça remonterait à la période celtique, Moyen Âge, qui correspondrait avec la naissance de Mérovée. Le Tome 5 des Chroniques du Girku devrait nous en apprendre un peu plus.

On se rappellera qu'Horus était dénommé « Veau de la lumière du jour ».


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=96hLNCd-w68

À 0H43’22" du vidéo : La nature des rois francs

Mérovée, grand-père de Clovis, donne son nom aux rois mérovingiens
Mérovée voudrait dire « né d’un veau marin »

Lien « Mérovée / Merlin / Mer » :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=190091

« Du Plérôme à la Matière », Anton et Hanael Parks, en page 388 : Peu avant la fin de mes « Chroniques », le personnage d’Anna-Nephtys se retrouve en compagnie de son amant, qui se nommait autrefois Horus. Ils échangèrent une vive et ultime discussion sous le temple, dans les salles et corridors. Cette longue scène chargée d’émotion inscrivit en moi le souvenir fidèle de ce que fut probablement ce lieu il y a 1500 ans

Oublions la monarchie française qui a été fortement épurée du sang mérovingien et qui a produit d'infâmes inquisiteurs de la pire espèce en Carolus Magnus, Philippe le Bel, Louis XIV. Et retenons le fait que Nostradamus était fortement impliqué avec une organisation (Cathares, Viking, Templiers, Prieuré de Sion) qui voulait remettre sur le trône un descendant mérovingien malgré tous ces siècles passés.

De plus, c'est l'esprit d'Osiris et d'Isis qui plane tout au long de l'essai de Maurice Poulin. Quand on sait aussi que la lignée davidique, correspond à la lignée de David (bien aimé) et que c'est l'épithète que l'on donnait à Osiris...

Donc oublions le Grand Monarque, oublions une lignée sanguine / génétique davidique, pensons à une lignée d'essence spirituelle davidique, au retour du Messie (Horus ?), qui devra être la réincarnation d'Osiris comme d'Horus l'était. Car si Horus a trépassé depuis, sa prochaine incarnation comportera alors l'esprit, le Ka, le double, d'Osiris ou d'Horus.

« La Dernière Marche des Dieux », Anton Parks, en page 74 : Le Ka conseille Horus et ce dernier parle en son nom. C’est grâce à cette filiation avec le Ka de Ptah-Osiris (Tanen) qu’Horus accède à tous les honneurs et à la confrérie des dieux. Horus possède ainsi la royauté du Ka.

Mais en toute logique, cohérence, vraisemblance, même le retour du couple messianique ne pourrait endiguer à lui seul l'arnaque planétaire. Parce que de nouveaux joueurs se sont manifestés, encore plus machiavéliques et rapaces. À moins de faire intervenir une force céleste amie de la famille des Gina'abul et / ou des Planificateurs. Mais ça équivaudrait encore à des confrontations dramatiques et douloureuses. Moi, personnellement, j'en ai une écoeurantite aigüe.

Non, j'aime à penser que l'Humain s'éveillerait par l'éveil et la maîtrise de sa Kundalini et de sa glande pinéale. Une ÉMC (Émission de masse coronale) pourrait-elle stimuler cet éveil ? Ou pourrait-il se faire naturellement, comme encodé pour cette période ? C'est à souhaiter qu'on devienne tous des Petits Monarques, our own superstar, des Asgardiens avec le pouvoir de Thor.

En tout cas, il est à souhaiter qu'on ne retourne pas au Jardin d'Éden, même si j'ai l'impression qu'on n'a jamais vraiment quitté le « Paradis Terrestre »...

« EDEN - la vérité sur nos origines », Anton Parks, en page 134, tablette CBS 14005, face b, lignes 12 à 18 : "Le troupeau d'humains accomplissait son service dans le parc à moutons pendant que le berger Enki faisait son tour de garde... À en croire ce qui est inscrit, et contrairement aux propos tenus dans la Bible, l'homme n'aurait jamais connu le Paradis, mais un parc à moutons où il travaillait comme une bête !

Voilà qui explique bien des choses !

Bonne réflexion !

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=204057

P(3)58[/b]

  535 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

197326 messages dans 40135 fils de discussion, 1048 utilisateurs enregistrés, 95 utilisateurs en ligne (2 enregistrés, 93 invités)
Temps actuel sur le forum : 05/06/2023, 10:07
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum