Retour à l'index du forum
Chronologique

la Russie détruit le premier Blindé Canadien...

par Jeromec, lundi 24 juin 2024, 04:54 (il y a 21 jours)

le premier Blindé Canayen a été détruit par la Russie...

oups...
Pendant qu'on tente d'être ''Carbo-neutre'' au Canada, on (exclus la personne) expédie du matériel militaire en Ukraine, et des fond$ qui sont parfois détournés... selon des vilaines langues bien sûr... voir si monsieur Poudre détournerait de l'Argent pour des fin poudre.. heu personnel... jamais de la vide, heu de la vie... ;0)

ça va bien aller...

paradoxalement la zone la plus sécuritaire pour vivre au Québec C'est le centre vide est de Montréal parce que c'est déjà détruit... inutile d'en rajouter davantage...Bravo la Caq, Bravo Mme Plante... l'Ex Quartier gai n'existe plus...du moins que sur papier...

https://www.rt.com/russia/599772-canadaian-apc-destroyed-ukraine-conflict/

Russia destroys first Canadian APC – Defense Ministry
Armored vehicle manufacturer Roshel has reportedly delivered 1,000 Senator cars to Kiev

Russian forces have destroyed a Ukrainian Senator armored personnel carrier (APC), the Defense Ministry in Moscow said in a statement on Telegram on Saturday. It is the first official mention of a Canadian-made wheeled APC being eliminated.

The vehicle was hit during a military offensive in Russia's Donetsk People’s Republic and Zaporozhye Region, the statement said. Kiev lost more than 140 servicemen and several vehicles, including the Senator, a British-made FH-70 howitzer, and a US-made M198 artillery piece in this area alone over the past 24 hours, according to the Russian Defense Ministry.

It is not clear how many Senator vehicles are currently used by Ukraine. Media outlets reported in late 2023, citing the CEO of the Canadian armored vehicle manufacturer Roshel, that the company had supplied a total of 1,000 APCs to Ukraine by that time. It is also unclear if Kiev received a regular version of the APC or a mine-resistant ambush protected (MRAP) version.
Russia gains more ground against Ukraine – MOD
Read more
Russia gains more ground against Ukraine – MOD

Roshel has advertised the Senator as its flagship “combat proven platform.” Several media outlets claimed in 2018 that the vehicle “can survive even the apocalypse.”

Russia has warned that Western weapons shipments only prolong the conflict without changing the final outcome.
Ukrainian officials stole $490 million meant for military – MP
Read more
Ukrainian officials stole $490 million meant for military – MP

The Russian military has seen “nothing unique or invulnerable for Russian weapons” on the front line, former Defense Minister Sergey Shoigu said in August 2023. Some Soviet-era weapons have proven to be superior in combat to their modern Western equivalents, he added.

The news comes amid a Russian offensive that has continued over the past several months. Ukrainian forces have been gradually losing ground, with particularly serious setbacks occurring last month in Kharkov Region.

Russia launched an operation in the northeastern Ukrainian Kharkov Region in early May in response to routine cross-border strikes by Kiev. According to President Vladimir Putin, Ukrainian attacks in Belgorod Region against civilian targets necessitated the offensive. The goal is to establish a buffer zone, he said.'

Canada Hommage à un ex-soldat d’une unité nazie

par Jeromec, lundi 24 juin 2024, 14:17 (il y a 20 jours) @ Jeromec

à l'UNANIMITÉ le ParleMENT canadien a rendu hommage à un ancien nazi...

pensez-vous que ces gens là sont aptes à entrer en guerre contre la Russie, et la Corée du Nord par la Même occasion...? et les autres, parce que la Russie à des alliés partout dans le monde... notamment à Cuba, en AFrique, au Moyen Orient, en Amérique du Sud...

Dans quoi ''ils'' nous ont embraqués... la guerre, la guerre c'est pas une raison pour se faire mal...

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/2013402/justin-trudeau-excuse-soldat-nazi-hommage

Hommage à un ex-soldat d’une unité nazie

Publié le 27 septembre 2023 à 14 h 04 HAE
Mis à jour le 27 septembre 2023 à 20 h 32 HAE

Le premier ministre Justin Trudeau a présenté mercredi « les plus sincères excuses du Parlement » pour l’hommage rendu vendredi dernier à un vétéran ukrainien ayant combattu avec une unité nazie, lors de la visite du président Volodymyr Zelensky.

Mardi, le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a dû céder à la pression politique et a démissionné de ses fonctions pour avoir invité l'assemblée à applaudir Yaroslav Hunka, 98 ans, un résident de sa circonscription ayant été membre de la Division SS Galicie, une unité de volontaires sous le commandement nazi de la Waffen-SS.

"Le président de la Chambre était l’unique responsable de l’invitation lancée à cet homme et de l’hommage qui lui a été rendu", a dit M. Trudeau lors d’un point de presse.

C’est une erreur qui a mis le Parlement et le Canada dans un embarras profond et nous regrettons tous profondément de nous être levés dans la Chambre et d’avoir applaudi, même si nous l’avons fait sans être conscients du contexte.
Une citation de Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a fait une déclaration mercredi avant la période des questions à la Chambre des communes.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

"Cette erreur est une horrible violation de la mémoire des millions de personnes qui ont péri dans l’Holocauste et elle est profondément blessante pour les juifs", a-t-il ajouté. "Cela a aussi été blessant pour les Polonais, les Roms, les personnes LGBTQ+, les personnes handicapées, les personnes racisées et les millions d’autres personnes persécutées par le régime nazi."

"Chaque année, il y a de moins en moins de survivants de l’Holocauste pour partager les horreurs qu’ils ont vues et vécues, c’est donc notre responsabilité à tous de s’assurer que personne n’oublie jamais ce qui s’est produit."

Le premier ministre a également tenu à souligner "à quel point le Canada est désolé de la situation dans laquelle le président Zelensky et la délégation ukrainienne ont été placés". "C’est extrêmement troublant de penser que cette flagrante erreur soit politisée par la Russie et ses partisans afin de diffuser une propagande mensongère sur les raisons qui poussent l’Ukraine à combattre et à se défendre."
Des « excuses personnelles » exigées

M. Zelensky était de passage vendredi à Ottawa après une visite aux États-Unis pour demander davantage d’aide occidentale dans sa guerre contre la Russie. Depuis le début de l’invasion russe, le président Vladimir Poutine clame qu’il faut "dénazifier" l’Ukraine. S’il est vrai que des organisations d’extrême droite y sont actives, le phénomène demeure marginal, amplifié surtout par la propagande russe.
Un homme devant l'assemblée.

Le chef de l'opposition officielle, Pierre Poilievre, lors de la période des questions au Parlement.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Au cours de la période des questions en Chambre, le premier ministre a été critiqué de tous bords. Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Pierre Poilievre, a notamment exigé des "excuses personnelles" de Justin Trudeau, ce que ce dernier a refusé de faire, réitérant des excuses "au nom du Parlement et de tous les Canadiens".

M. Trudeau a également été accusé d'avoir mis la sécurité du président ukrainien à risque. "Les responsables de la sécurité nationale, du renseignement ou de la diplomatie du premier ministre ont-ils vérifié les noms des personnes [...] qui se trouvaient à quelques pas du président Zelensky?", a demandé M. Poilievre.

Le premier ministre a tenu à rappeler au chef de l'opposition officielle que "les privilèges, les responsabilités et les droits des parlementaires sont sacro-saints" et que "le gouvernement ne doit pas brimer les droits fondamentaux des députés" en soumettant leurs invités à un processus de contrôle de sécurité.

"Toutefois, a-t-il ajouté, si le chef de l'opposition officielle, le président de la Chambre ou toute autre personne souhaite que nos services de renseignement vérifient les antécédents de l'un de leurs invités, nous serions plus qu'heureux de le faire dans le respect des droits des parlementaires."
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le premier ministre Justin Trudeau applaudissent.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le premier ministre Justin Trudeau ont applaudi Yaroslav Hunka, qui était présent dans la tribune.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

M. Trudeau a également été interpellé par le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui l'a critiqué pour ne pas avoir appelé le président Zelensky afin de lui offrir ses excuses après l'incident de vendredi dernier. "C’est totalement inacceptable", a-t-il dit.

Moi, je me le permets, au nom des Québécois, de présenter nos excuses au président Zelensky et je vais veiller à ce que le message se rende au président dès aujourd’hui.
Une citation de Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Le premier ministre a laissé entendre que des excuses avaient déjà été présentées au chef de l'État ukrainien "depuis plusieurs jours [...] à travers les canaux diplomatiques".

M. Blanchet a également exhorté le premier ministre à présenter ses excuses aux représentants de la communauté juive du Canada. "Nous avons partagé nos excuses aujourd'hui au nom de tous les parlementaires", a répondu M. Trudeau. "Nous allons continuellement travailler pour soutenir la communauté juive qui fait face à une montée de l’antisémitisme depuis plusieurs années."

Interrogé par Radio-Canada, le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) a affirmé avoir reçu "des excuses privées et des expressions de profonds regrets" de la part de quelques responsables canadiens, dont la vice-première ministre, Chrystia Freeland, et l'ancien président de la Chambre des communes Anthony Rota.
"Trop tard"

La professeure de sciences politiques Stéphanie Chouinard, du Collège militaire royal du Canada, et le politologue Frédéric Boily, de l’Université de l’Alberta, estiment que le premier ministre Trudeau a péché par sa lenteur à intervenir après l’éclatement de cette affaire.

"Cette lenteur a permis de jeter de l’huile sur le feu et de continuer d’utiliser cet incident-là pour des œuvres de propagande, notamment en Russie. Le gouvernement aurait pu faire en sorte que la démission soit remise beaucoup plus rapidement", a souligné Mme Chouinard à l’émission 24•60, sur les ondes d’ICI RDI.

Pour Frédéric Boily, les excuses du premier ministre sont "une tentative de calmer le jeu, mais trop tard". "On peut s’attendre à ce que l’opposition continue de talonner le premier ministre. On a l’impression qu’on n’a pas vu venir les coups qui, inévitablement, allaient venir de l’opposition."

Quant à la restauration de la réputation du Canada à l’étranger, M. Boily croit qu’il faudra du temps.

"Pour rattraper le coup, ça va prendre un travail patient avec nos alliés. Ça devient presque un travail à long terme pour essayer de rehausser l’image du Canada, non seulement par des paroles, mais aussi par des actions. Éventuellement, par un retour du Canada, mais un retour avec les moyens de ses ambitions", a-t-il estimé en entrevue à 24•60.

Fil RSS du sujet
200929 messages dans 40908 fils de discussion, 1234 utilisateurs enregistrés, 75 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 75 invités)
Temps actuel sur le forum : 14/07/2024, 22:18
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum