Retour à l'index du forum
Chronologique

Anniversaire Opération Uranus Deuxième Guerre Mondiale

par Jeromec, mardi 22 novembre 2022, 09:42 (il y a 13 jours)

Avec l'arrivée de l'hiver en Ukraine... voyons voir comment les conditions hivernales vont jouer dans la bataille entre l'Otan et la Russie en Ukraine (et ses banlieues...) J'espère que les Blindés canayens ont sortis leurs ''traction aids''et leurs pneus d'hiver....

Article de Russia Today:-)

je Gage un vieux 2$ sur les Russes... les troupes de l'otan qui semble plutôt timide à se déployer en théâtre opérationnel en présidentiel... et l'Arrivée de l'hiver ne doit GUERRE leur donner le goût de se coltailler... hum, hum.... Et les Troupes Canayennes le goût de retourner à la maison pour écouter les Canadiens de Montréal assis sur une caisse de Molson...:-)


https://www.rt.com/russia/566785-the-bloodiest-battle-in-human-history/

Operation Uranus: The day Hitler’s Nazis were smashed and the Soviet Union began to take the upper hand in WW2
Berlin didn’t expect Moscow’s maneuver, which came at roughly the midpoint of the five-month long Battle of Stalingrad
Operation Uranus: The day Hitler’s Nazis were smashed and the Soviet Union began to take the upper hand in WW2
© RT
Early in the morning, exactly 80 years ago, the soldiers of the 3rd Romanian Army were awakened in their cold dugouts on the right bank of the Don River by the roar of artillery hitting their positions. By lunchtime, Commander Petre Dumitrescu reported to the leadership of Army Group South that it was impossible to prevent the enemy from crossing the river. A day later, his group was shredded by massive tank strikes. Two weeks later, it practically ceased to exist.

At that point, the Soviet troops of the Southwestern Front under the command of Nikolai Vatutin began their part of Operation Uranus, which resulted in the first major strategic defeat for the Axis countries – the beginning of the end. For the Allies, the Battle of Stalingrad would long stand as a symbol of military fortitude and Russian military genius.

The 'Time of Troubles' and the birth of the nation: Why Russia celebrates its 'Unity Day' every November 4
Read more The 'Time of Troubles' and the birth of the nation: Why Russia celebrates its 'Unity Day' every November 4
What were the key mistakes of the German command? What revolutionary warfare methods did the Soviet generals employ during the Battle of Stalingrad? What non-obvious consequences did the disruption of the German offensive in southern Russia have?

A decisive November

The autumn of 1942 is considered the turning point in World War II. The seemingly relentless offensive of the Axis powers and their seizure of new territories and resources were finally put to an end in all theaters. By December, the strategic advantage had swung to the Allies. After this, only they would dictate the course of the war, and the Germans and the Japanese could only react.

Of course, the British would claim that the tide was turned in Egypt near El Alamein on October 24, when Bernard Montgomery managed to beat the Desert Fox Erwin Rommel and his African Corps, who were exhausted by a shortage of supplies. This put an end to German attempts to invade Egypt and block the Suez Canal, which would have significantly complicated the situation for England, since the island nation was extremely dependent on food and resources supplied by its colonies. Two weeks later, the British in North Africa were already supported by the Americans in the West, who were conducting Operation Torch – a large-scale troop landing in Morocco and Algeria, which were formally under the control of France’s pro-Hitler Vichy government. Despite Rommel’s stubborn resistance in Tunisia, the outcome of the campaign was a foregone conclusion.

RT
Erwin Rommel © ullstein bild / ullstein bild via Getty Images
However, the Americans themselves tend to believe that the outcome of the war in the fall of 1942 was decided not in North Africa, but on the opposite side of the world – on the island of Guadalcanal in the Pacific. The landmass was of great strategic importance, as control over it made it possible to secure commercial shipping between Australia and the United States and threaten the large Japanese naval base in Rabaul (New Britain). In August, US Marine Corps units landed on the island and immediately captured an important airbase, later called Henderson Field. Throughout the autumn, the Marines successfully defended this site with the support of aviation and the navy. The decisive battle was on November 13-14, when the Japanese lost their entire landing force, which was supposed to support the garrison of Guadalcanal, as well as several large ships, including the battleships Hiei and Kirishima. Japan’s expansion to the south was checked at the Solomon Islands and New Guinea, and it only lost previously captured territories after December of 1942.

Erdogan vs. Ataturk: Will modern Türkiye’s leader finally bury the legacy of the republic's iconic founder?
Read more Erdogan vs. Ataturk: Will modern Türkiye’s leader finally bury the legacy of the republic's iconic founder?
But, in point of fact, neither Hitler nor Stalin had any doubts that the future of the world was being determined on the Volga steppes from November 19 to 24, when 270,000 Wehrmacht troops under the command of Friedrich Paulus were forced into a cauldron by a heavy blow from the Southwestern and Stalingrad fronts. The subsequent failure to unblock the encircled units doomed the Blau plan and killed any hopes Berlin had for a successful outcome to the war.

Blue is the color of (Hitler’s) sadness
The German General Staff called the plan of action on the eastern front ‘Fall Blau’, or Blue. The main goal of the campaign in the summer of 1942 was initially to capture the oil fields of Maikop and Grozny. The fuel reserves stored in Germany before the war were coming to an end, and synthetic fuel and Romanian oil from Ploiesti were not enough to service all of the Wehrmacht’s tanks and Luftwaffe’s planes. Therefore, the offensive in the Caucasus was considered a priority. Stalingrad was a secondary goal, and storming the city was not envisaged. It would be enough to pummel it with constant artillery fire, as was the case with Leningrad. However, at first things went so well for the Germans that capturing the industrial and transport center on the Volga began to look like an easy and even natural task. This deceptively low-hanging fruit eventually buried the Third Reich.

The Red Army’s failures in the spring and summer were primarily due to Stalin’s and the Soviet High Command’s mistakes in assessing the enemy’s plans. The fact is that the invasion of the USSR was initially dictated by the need to seize the resources of Ukraine and the North Caucasus. It was the seizure of the Lebensraum im Osten – the living space in the East – that Hitler and Rosenberg first thought about when authorizing the Barbarossa plan. This was also anticipated by Stalin, who concentrated his main forces in the west of Ukraine in 1941. Due to the suddenness of the attack and catastrophic errors in management, these troops were destroyed in the Battle of the Border and later near Odessa and Kiev.

RT
Adolf Hitler and Alfred Rosenberg. © ullstein bild / ullstein bild via Getty Images
But the German generals, led by Chief of General Staff Franz Halder and Paulus – the main drafter of the Barbarossa plan (such is the historical irony) – were able to convince the Fuhrer of the need to repeat the blitzkrieg that brought victory in France. They considered it possible to destroy or trap the main part of the Soviet army in cauldrons with tank spearheads, after which they could take the enemy’s capital and force a surrender. However, the stubborn resistance of the Red Army near Smolensk and Moscow proved that such calculations were a mistake, even if not yet fatal.

In the 1942 campaign, Stalin was sure his adversary would try to finish what he had begun and take Moscow. Therefore, the main forces of the Red Army were concentrated in the central part of the country. But this time Hitler had no choice – he had to urgently ensure the safety of the Kuban agricultural fields and the mines of Donbass, get Grozny oil, and prepare an offensive on the Baku and Azerbaijani oil fields.

'We lived in dread of war, they told us we'd be dead in less than 30 minutes': How the world survived the Cuban Missile Crisis
Read more 'We lived in dread of war, they told us we'd be dead in less than 30 minutes': How the world survived the Cuban Missile Crisis
The Red Army forces’ weak position in the south deteriorated further after an incompetent attempt by Semyon Timoshenko’s troops to retake Kharkov in May. As a result of a counteroffensive conducted by the 6th Paulus Army and 1st Panzer Group Kleist, 240,000 Soviet soldiers and officers were captured in the Barvenkov cauldron alone. The front actually collapsed, and what official reports called a strategic retreat was, in practice, more like an escape.

It was at this moment that Hitler, inspired by this success, decided to divide Army Group South into two parts. The first was sent to the south to fulfill the main mission of capturing the oil fields, which by that time had already been set on fire by Soviet oilmen, with a subsequent strike on Rostov-on-Don. The second – consisting of the 6th Paulus Army, the 4th Goth Tank Army, and two armies made up of Romanians, Hungarians, and Italians – was to pursue the Soviet units retreating to the east with the aim of besieging Stalingrad and capturing Astrakhan by winter.

While controlling Astrakhan would have completely cut central Russia off from Caucasian oil, Hitler saw the attack on Stalingrad more as a personal blow to the enemy’s leader, as the city bore his name. It was here in 1918 that Stalin found his most loyal political ally, Voroshilov, as well as his main enemy, Trotsky. It was also here that American engineers had built one of the symbols of Stalin’s industrialization policy, representing the industrial power of the USSR – a colossal tractor plant.

RT
World War II. Russian soldiers at the battle of Stalingrad, September 1942 - February 1943. © Roger Viollet via Getty Images
The resistance to the main onslaught, which was organized by the 62nd and 64th Armies on the distant approaches to the city, was weak and clearly ineffective in steppe conditions. It seemed to the German command that the Russians were about to finally run out of strength, and the last defenders of the city would die in its ruins amidst the smoke and fires from incessant bombing.

How wrong they were.

Father of modern warfare
Lieutenant General Vasily Chuikov was recalled to Stalingrad from China, where he had served as a military attaché and chief military advisor to Chiang Kai-shek since December 1940. He had thus missed the initial stage of the Great Patriotic War, although he had been asking to be sent to the frontlines ever since the fighting started. It may just be that not having the weight of the bitter defeats of the first year of the war on his shoulders gave Chuikov the moral fortitude to keep defending Stalingrad till the end.

What made him famous though was his personal courage, doggedness, strictness bordering on rudeness, and even a certain daredevil attitude. Back in July 1942, his plane was shot down by a German fighter while he was inspecting his defense positions. Three months later, on October 14, as the city was being stormed for the third time, even his nerves of steel were beginning to rattle as the army headquarters was hit with a projectile. Chuikov suffered a blast injury, dozens of army staff members died. And yet he remained firmly committed to his motto:

There is no land for us behind the Volga.

What did Stalingrad look like in September-October 1942? It was a narrow strip, hardly more than 1km wide, of densely built residential and industrial areas that had been devastated by bombing and shelling. Buried in the rubble were the corpses of several thousand civilians – and soldiers from both sides. The air was foul with the stench of burning factories: Red October, Barrikady, the brick plant, and, of course, the giant Stalingrad Tractor Plant. Oil was burning and seeping from storage tanks into the Volga, as barges and boats carried reinforcements from the left bank to the right and wounded soldiers from the right bank to the left at night under relentless enemy aircraft fire.

RT
Soviet troops climb out of a trench during the Battle of Stalingrad, World War II. © Hulton Archive / Getty Images
By mid-November, the Soviet 62nd Army’s line of defense had been split into several islands. It is difficult to give exact numbers because fighting continued nonstop, but experts say there were no more than 20,000 Soviet troops along the actual line of contact and about three times as many German soldiers from General Paulus’ Sixth Army (with the total size of the German group estimated at about 270,000).

A lot of the action was almost hand-to-hand combat. Trapped by rubble and barricades, German tanks couldn’t maneuver and became an easy target for antitank guns and Molotov cocktails. Frontlines would run across staircases in apartment buildings, with Soviets often mounting counteroffensives at night approaching from basements, attics, or sewer pipes. Snipers attracted a lot of attention, with Soviet propaganda extolling Vasily Zaitsev as a hero. His legendary, albeit not entirely corroborated by historical evidence, duel with the chief instructor of a German sniper school was the inspiration for ‘Enemy at the Gates’, a Hollywood movie, where Zaitsev, a simple lad from the Urals region of Russia, is played by Jude Law. According to veterans’ reports, however, it was not the sniper rifle that decided the outcome of the Battle of Stalingrad but the simple PPSh submachine-gun, with its very high rate of fire and close combat effectiveness.

Ukraine's most nationalist region was once a hotbed of pro-Russian sentiment – how and why did it change?
Read more Ukraine's most nationalist region was once a hotbed of pro-Russian sentiment – how and why did it change?
Before Stalingrad, there had been virtually no historical precedent of fighting in big, built-up cities, except perhaps the siege of Madrid by General Franco’s forces. There were no manuals or guidelines describing urban fighting. Chuikov and his soldiers wrote those rules with blood on the destroyed walls of buildings. The general and his army, later renamed the 8th Guards Army, drew on that experience later during the Battle for Berlin, which fell within a week.

Since then, cities rather than fields and woods have increasingly seen the fiercest fighting, from Warsaw, Konigsberg, and Seoul to Grozny, Fallujah, and Mariupol. Modern warfare was born in Stalingrad.

Ghost of an executed marshal
Temperatures fell sharply to 18-20 degrees Celsius below zero at night in early November. As the German Sixth Army, worn out by a months-long offensive, freezing, decimated by bloody urban fighting, and suffering from inconsistent supplies along the few steppe roads, which autumn rains had turned into mud, was persevering in its attempts to carry out Hitler’s orders and push Chuikov’s army into the river, its fate was decided hundreds of kilometers away from Stalingrad at the flanks of the overextended front that were protected by poorly equipped and under-motivated Romanian armies. It was there that the main strikes of Operation Uranus were delivered on November 19 and 20.

RT
Vasily Ivanovich Chuikov - Marshal of the Soviet Union, CC CPSU member, deputy of the USSR Supreme Soviet, twice Hero of the Soviet Union. © Sputnik / Gregory Vail
Uranus was the first in a series of brilliant Red Army operations, which already bore many of the hallmarks that came to define the strategy of the Soviet General Staff.

First was the highly unpredictable choice of the main strike areas, as the attacks were not aimed at the flanks of the Sixth Army itself but rather at areas deep behind it. Second, maximum secrecy was adhered to during the preparation period to conceal the true intentions from the enemy. The perceived hopelessness of the resistance on the part of the defenders of Stalingrad lulled Hitler into assuming, until the very last, that the Red Army was fighting at the top of its capabilities and had no resources for a counteroffensive.

Third, unorthodox solutions were found to complex problems and ample supplies were provided to the attacking forces. A case in point is the airborne mission to supply antifreeze to the mechanized units of the 51st and 57th Armies that were being deployed in the steppes south of Stalingrad. The cold snap was forcing armor crews to dig pits under their tanks, cover them with tarps for protection and keep fires burning under them to prevent water coolant from freezing and destroying the engines. In the absence of a proper road system, it was impossible to deliver enough antifreeze within the short period of time left before the launch of the offensive. Eventually, over 60 tons of antifreeze coolant was brought from the Moscow region by air using cargo gliders. In the course of a week, pilots completed about 60 resupply missions, flying in a semi-reclined position inside plywood contraptions in freezing cold, often at night.

Syria was a rehearsal for the struggle between Russia and the West in Ukraine: Here's why they are very different conflicts
Read more Syria was a rehearsal for the struggle between Russia and the West in Ukraine: Here's why they are very different conflicts
Finally, Uranus was the first major operation executed in accordance with the deep operations theory developed by Vladimir Triandafillov in the 1920s. The theory, which emphasizes destroying enemy forces not only at the line of contact but throughout the depth of the battlefield, was refined and introduced into the Red Army manual by Marshal Mikhail Tukhachevsky. After Stalin’s purges of the military in 1937 and Tukhachevsky’s execution, the theory was declared wrong and even harmful. Yet it was borne out by practice and was crucial for the success of the Battle of Stalingrad. The same approach was used with the Battle of Kursk, the Battle of the Dnieper, Operation Bagration, the Vistula-Oder offensive, and many others.

Close call for the allies
Traditionally, the main outcomes of the Battle of Stalingrad are said to be the frustration of Germany’s offensive plans, Moscow retaining control over oil supplies from Baku along the Volga, the Wehrmacht’s large-scale retreat, the protection of the Caucasus from further German advances, the fact that the Red Army now had the strategic initiative, and a major boost to the Soviet troops’ morale after such a decisive victory culminating in the capture of a German field marshal. The foreign-policy dimension is also frequently discussed, as it paved the way, in the winter of 1943, for the first negotiations between the Allies about the post-war spheres of influence, which eventually led to the Tehran Conference.

However, there is one important consideration that is usually ignored because it goes way beyond one theater and has to do with the bigger picture of the war. What if, instead of getting bogged down in Stalingrad, Hitler had continued with his initial plan of capturing the Caucasus? What if he and his high command had been more realistic in assessing their capabilities? What if the Germans had succeeded in crushing Chuikov’s 62nd Army after all?

Just before the Second Battle of El Alamein, Erwin Rommel had to leave his army and return to Europe to treat his diphtheria. As he was preparing to hand over command to his subordinate, Rommel wrote a detailed memo for the Fuhrer describing the situation at hand and asking him to advance into the Caucasus as soon as possible. If the German troops had not been immobilized in Stalingrad in the summer of 1942 and had instead moved into Transcaucasia, Britain would have been forced to transfer its troops from Africa to northern Iran. Pro-German sentiment was strong in Iraq, while Syria and Lebanon were controlled by the collaborationist French Vichy regime. Turkey, which remained neutral until almost the very end of the war, had strong economic ties to Germany.

After the defeat in World War I stripped Berlin of its colonies, the revival of the country’s economy was mainly due to new markets in the Balkans and Turkey. Surrounded by the Germans on all sides, Ankara would likely have joined the Axis, especially given the prevalence of nationalist and revanchist sentiment in the country, as well as the age-long dream of seizing control over southern Azerbaijan from Iran. This development would have changed the situation globally, creating a new theater and threatening British oil production in Iran. Ultimately, it would have improved Germany’s chances of winning the war, or at least protracting it by a year or two.

In any case, November 1942 would certainly not be seen as the turning point of World War II today.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Uranus

Opération Uranus

L'opération Uranus (russe : Операция «Уран», romanisée: Operacijia "Uran") est le nom de code d'une offensive soviétique ayant entraîné l'encerclement de la 6e armée allemande, des 3e et 4e armées roumaines et des éléments de la 4e armée de Panzer. L'opération faisait partie de la bataille de Stalingrad et était destinée à détruire les forces allemandes positionnées aux alentours de la ville. La planification de l'opération Uranus avait commencé dès septembre 1942 et fut développée simultanément à d'autres plans visant à encercler le groupe d'armées Centre (opération Mars) et les forces allemandes dans le Caucase (opération Saturne).

Après l'offensive d'été allemande destinée à prendre le contrôle des champs de pétrole du Caucase et de la ville de Stalingrad, le front s'était démesurément allongé et était devenu particulièrement difficile à défendre. La situation des Allemands fut aggravée par le redéploiement de plusieurs divisions mécanisées en Europe occidentale et par le besoin de renforcer les unités combattant à Stalingrad. Les Allemands ne pouvaient donc compter que sur le 48e Panzerkorps, qui n'avait plus que la force d'une simple division de Panzer, et sur la 29e division motorisée pour renforcer leurs alliés roumains déployés sur les flancs de la 6e armée allemande. Ces unités roumaines étaient qualitativement très inférieures aux unités allemandes que ce soit en termes d'équipement, d'entraînement et de commandement. De son côté, l'Armée rouge avait déployé plus d'un million d'hommes en prévision de l'offensive dans et autour de Stalingrad. Les mouvements de troupes soviétiques furent rendus difficiles par le besoin de cacher la préparation de l'attaque. En conséquence, le lancement de l'opération Uranus initialement prévu pour le 8 novembre fut repoussé au 17 puis au 19.

Le 19 novembre à 7 h 20 (heure de Moscou), les forces soviétiques commencèrent leur attaque sur le flanc nord des forces de l'Axe ; l'offensive au sud commença le lendemain. Si les unités roumaines parvinrent à repousser les premières attaques, elles entamèrent un repli chaotique dès le 20 novembre alors que les Soviétiques brisaient l'ensemble du front. Les réserves des forces de l'Axe furent incapables de résister aux unités mécanisées soviétiques tandis que la 6e armée ne réagit pas suffisamment vite pour retirer les unités blindées allemandes de Stalingrad et ainsi éviter une défaite imminente. Le 22 novembre, quand les forces soviétiques firent leur jonction à Kalatch-na-Donou, près de 290 000 soldats de l'Axe avaient été encerclés à l'est du Don. Au lieu d'ordonner une sortie, Adolf Hitler décida de maintenir ses forces dans Stalingrad et de les ravitailler par voie aérienne.

Contexte
Le 28 juin 1942, la Wehrmacht lança l'opération Fall Blau, une offensive contre les forces soviétiques faisant face au groupe d'armées Sud4. Après une percée le 13 juillet, les forces allemandes encerclèrent et capturèrent la ville de Rostov-sur-le-Don5. Après la prise de la ville, Hitler divisa les unités allemandes combattant dans la région pour s'emparer simultanément de la ville de Stalingrad et des champs de pétrole du Caucase6. La responsabilité de la prise de Stalingrad fut confiée à la 6e armée, qui commença immédiatement sa progression vers la Volga avec le soutien de la Luftflotte 4 de la Luftwaffe7. Malgré l'envoi par l'Armée rouge, début juillet, de trois armées de réserve (les 62e, 63e et 64e armées) pour bloquer la 6e armée avant qu'elle n'atteigne la ville, les forces allemandes franchirent le Don le 22 août8. Le lendemain, la bataille de Stalingrad commença quand des avant-gardes de la 6e armée entrèrent dans les faubourgs de la ville9.

Fin septembre les deux premières offensives de Kotluban, menées par l'Armée rouge entre le Don et la Volga, pour tenter de dégager la ville et isoler les éléments de pointe de la 6e armée, s'avèrent être des échecs, malgré l'emploi de trois armées supplémentaires (les 24e et 66e armée et la 1re armée de la garde) et la perte de près de 100 000 hommes et de 400 chars10. Cet échec amène les Soviétiques à se pencher sur une "autre solution", un enveloppement plus large partant de l'ouest du Don. Le plan est probablement ébauché par la Stavka dans la réunion du 27-29 septembre11 et ses grandes lignes sont définitivement fixées le 13 octobre 194212.


Troupes allemandes progressant en Union soviétique, juin 1942.
En novembre, la 6e armée était parvenue à prendre le contrôle de la plus grande partie de Stalingrad en repoussant ses défenseurs sur les berges de la Volga13. À ce moment, les renseignements obtenus lors de l'interrogatoire de prisonniers soviétiques et l'activité soviétique en face des flancs de la 6e armée semblaient indiquer la préparation d'une offensive autour de la ville14. Le commandement allemand était cependant plus intéressé par l'achèvement de la capture de Stalingrad15. De fait, le chef d'état-major du commandement suprême de l'armée de terre, le général Franz Halder, fut destitué en septembre après notamment ses tentatives pour alerter du danger qui menaçait les flancs étirés à l'extrême de la 6e armée et de la 4e armée de Panzer16. Dès septembre, la Stavka (haut-commandement) soviétique avait commencé à planifier une série de contre-offensives destinée à anéantir l'ensemble des troupes allemandes déployées au sud qui combattaient à Stalingrad et dans le Caucase et contre le groupe d'armées Centre17. Les efforts soviétiques pour délivrer Stalingrad furent placés sous le commandement du général Alexandre Vassilievski18.

La Stavka développa deux opérations majeures devant être menées contre les forces ennemies près de Stalingrad, Uranus et Saturne, et une troisième, Mars visant le groupe d'armées Centre pour empêcher le redéploiement de renforts au sud19. L'opération Uranus impliquait l'emploi d'importantes unités d'infanterie et de chars pour encercler les forces de l'Axe autour de Stalingrad20. Les cibles de l'attaque se trouvaient aux extrémités du front à l'arrière de la 6e armée allemande défendues par des unités de l'Axe trop peu nombreuses par rapport à la longueur du front et où les Allemands ne pourraient pas rassembler rapidement des réserves pour repousser l'offensive21. L'attaque consistait en un double enveloppement ; les unités mécanisées progresseraient en profondeur dans les arrières allemands tandis qu'une autre attaque aurait lieu plus près de Stalingrad pour empêcher le redéploiement des forces allemandes22. Dans le même temps, le haut-commandement allemand considérait que, comme l'Armée rouge préparait une offensive contre le groupe d'armées Centre au nord, elle n'avait pas les moyens d'en préparer une autre au sud. En conséquence, ils rejetèrent la possibilité d'une telle attaque autour de Stalingrad23.

Comparaison des forces
Axe
Dans le cadre de l'opération Fall Blau, les forces de l'Axe devaient défendre un front de plusieurs milliers de kilomètres s'étendant de la mer Noire, jusqu'à Stalingrad en passant par le Caucase24. Par exemple, au début du mois de juin, la 6e armée devait défendre un front de 160 km tout en menant une offensive impliquant une avancée de 450 km25. Le groupe d'armées B qui fut détaché du groupe d'armées Sud (les forces progressant vers le Caucase furent appelées groupe d'armées A) semblait impressionnant sur le papier26 : il regroupait la 2de et la 6e armées allemandes, la 4e armée de Panzer, la 3e et 4e armées roumaines, la 8e armée italienne et la 2de armée hongroise27. Le groupe d'armées B gardait le 48e corps de Panzer, qui n'avait la force que d'une division, et une seule division d'infanterie en réserve28. Pour la plus grande partie de l'offensive, les flancs étaient tenus par des armées alliées tandis que les forces allemandes étaient utilisées pour mener les opérations à Stalingrad et dans le Caucase29.


Le général Friedrich Paulus, commandant de la 6e armée allemande.
Si Adolf Hitler exprimait sa confiance dans la capacité des troupes alliées à défendre les flancs allemands30, en réalité ces unités étaient très mal équipées et démoralisées31. La 1re division blindée roumaine disposait d'environ 100 chars Panzer 35(t) de conception tchèque26. Son canon de 37 mm32 était inefficace contre les T-34 soviétiques33. De même les canons anti-chars 3,7 cm PaK 36 étaient obsolètes et manquaient de munitions34. Après de nombreuses demandes, les Allemands acceptèrent de donner des canons de 75 mm aux unités roumaines à raison de six exemplaires par division35. Ces unités devaient défendre de vastes sections du front ; par exemple, la 3e armée roumaine occupait une ligne de 87 km de long tandis que la 4e armée protégeait un secteur large de 270 km29. Les Italiens et les Hongrois étaient positionnés sur le Don à l'ouest de la 3e armée roumaine29 mais les commandants allemands tenaient en faible estime leurs capacités combatives36. Ces unités étaient particulièrement mal équipées et les armes étaient de très mauvaise qualité : il n'y avait quasiment aucun matériel anti-char, les pièces d'artillerie étaient peu puissantes et mal approvisionnées, les grenades explosaient rarement et les fusils et les pistolets mitrailleurs fonctionnaient mal dans les conditions extrêmes de l'hiver russe.

De manière générale, les forces allemandes étaient mieux équipées et commandées mais elles avaient été épuisées par des mois de combats contre l'Armée rouge37. De plus, durant l'offensive allemande entre mai et novembre 1942, deux divisions mécanisées d'élite, la Leibstandarte et la Grossdeutschland appartenant au groupe d'armées A, furent redéployées en France pour parer à l'éventualité d'un débarquement allié38. La 6e armée avait également subi de lourdes pertes durant les combats urbains dans Stalingrad39. Dans certains cas, comme pour la 22e division de Panzer, leur équipement n'était pas meilleur que celui de la 1re armée blindée roumaine40. Les formations allemandes étaient également dispersées sur de larges étendues de front ; le XIe corps devait par exemple défendre un front long de 100 km41.

Union soviétique
L'Union soviétique déploya environ 1 100 000 soldats, 804 chars, 13 400 pièces d'artillerie et plus de 1 000 avions en prévision de l'offensive1. En face de la 3e armée roumaine, les Soviétiques redéployèrent la 5e armée blindée ainsi que les 21e et 65e armées afin de briser les flancs allemands42. Le flanc allemand sud fut ciblé par les 51e et 57e armées du Front de Stalingrad menés par les 13e et 4e corps mécanisés ; ces derniers devaient percer le front de la 4e armée roumaine afin de rejoindre la 5e armée blindée près de la ville de Kalach43. Au total, les Soviétiques avaient rassemblé onze armées et divers corps et brigades blindés41. Les préparations pour l'offensive furent cependant loin d'être parfaites ; le 8 novembre, la Stavka ordonna l'ajournement du lancement de l'offensive car des problèmes logistiques avaient empêché le déploiement des unités44. Dans le même temps, les unités sur le front réalisèrent des exercices destinés à repousser une contre-attaque et à exploiter une percée avec les forces mécanisées45. Ces mouvements furent dissimulés par une campagne de désinformation des Soviétiques comprenant une réduction des communications radio et l'emploi de courrier, le camouflage des unités et l'augmentation de l'activité militaire autour de Moscou46. L'Armée rouge organisa également des attaques contre le groupe d'armées Centre et créa de fausses formations pour maintenir l'illusion d'une grande offensive dans le centre de l'Union soviétique23.

Les forces soviétiques du Front de Stalingrad firent l'objet d'intenses bombardements rendant la mobilisation plus difficile. Les 38 bataillons du génie durent transporter les munitions, les troupes et les chars à travers la Volga tout en réalisant des opérations de reconnaissance en prévision de l'offensive. En trois semaines, l'Armée rouge fit passer environ 110 000 soldats, 420 chars et 556 pièces d'artillerie de l'autre côté de la Volga47.

Le 17 novembre, Vassilievski fut rappelé à Moscou où on lui montra une lettre du général Volsky, commandant du 4e corps mécanisé, destinée à Staline demandant le déclenchement immédiat de l'offensive48. Volsky considérait que l'offensive était vouée à l'échec du fait de l'état des forces allouées à l'opération ; il suggéra de repousser l'offensive et de la repenser complètement49. De nombreux soldats soviétiques n'avaient pas reçu d'équipements hivernaux et de nombreux soldats moururent de froid « du fait de l'attitude irresponsable du commandement »50. Bien que les services de renseignements eurent réalisé de grands efforts pour rassembler des informations sur la disposition des troupes de l'Axe51, les Soviétiques manquaient d'informations sur l'état de la 6e armée52. Les commandants soviétiques confirmèrent que l'offensive ne devrait pas être annulée53.

Offensive soviétique

Soldat roumain sur le Front de l'Est.
Le lancement de l'opération Uranus, repoussé au 17 novembre fut à nouveau retardé de deux jours car les unités aériennes n'étaient pas prêtes54 ; elle fut finalement lancée le 19 novembre55. Le lieutenant allemand Gerhard Stöck, se trouvant sur le front, avait reçu le matin un appel des services de renseignements l'avertissant d'une possible attaque soviétique après 5 h ; cependant, comme il avait reçu le message après 5 h et ne voulait pas réveiller le commandant Arthur Schmidt avec une fausse alerte, il n'avertit pas les commandements roumains de l'information dont il disposait56. Les commandants soviétiques avaient suggéré de repousser le bombardement à cause de la faible visibilité liée à un épais brouillard mais l'état-major décida d'attaquer immédiatement57. À 7 h 20 (heure de Moscou; 5 h 20 à l'heure allemande), les commandants d'artillerie soviétiques engagèrent un bombardement de 80 minutes presque entièrement dirigé contre les unités non allemandes protégeant les flancs allemands54,58. Le flanc nord et la 3e armée roumaine furent la cible de près de 3 500 canons. Le brouillard empêcha l'artillerie soviétique de corriger ses tirs mais les semaines de préparations et d'exercices lui permirent de tirer avec précision sur les positions ennemies le long du front59. Le pilonnage fut dévastateur et il détruisit les moyens de communications, les dépôts de munitions et les postes d'observation. De nombreux soldats roumains qui avaient survécu au bombardement commencèrent à s'enfuir54.

Contre la 3e armée roumaine : 19 novembre
L'offensive contre les positions roumaines commença à 8 h 5060. Les deux premiers assauts furent repoussés par les Roumains61 et les chars soviétiques eurent du mal à progresser sur le terrain ravagé par le bombardement d'artillerie. Néanmoins le manque de matériel anti-char entraîna l'effondrement de la défense roumaine et le 4e corps blindé et le 3e corps de cavalerie de la garde avaient obtenu une percée à midi. Peu après, le 2e corps d'armée roumain s'effondra face aux attaques de la 5e armée blindée62. Alors que les chars soviétiques progressaient à la boussole à cause de l'épais brouillard et contournèrent les positions d'artillerie de l'Axe, trois divisions d'infanterie roumaine commencèrent à se désintégrer car la 3e armée roumaine était encerclée à l'ouest et à l'est63. Ayant reçu les nouvelles de l'attaque soviétique, l'état-major allemand n'ordonna pas aux 16e et 24e divisions de Panzer, alors engagées à Stalingrad, de se redéployer pour soutenir les défenses roumaines64 ; la tâche fut confiée au 48e corps de Panzer65.

Manquant d'hommes et mal équipé, le 48e corps de Panzer ne disposait que de moins de 100 chars capables d'affronter les unités blindées soviétiques. La 22e division de Panzer fut par exemple presque entièrement anéantie dans les combats66. La 1re division blindée roumaine, attachée au 48e corps de Panzer, engagea le 26e corps blindé soviétique après avoir perdu les communications avec l'état-major allemand et fut défaite le 20 novembre67. Alors que les Soviétiques continuaient leur progression vers le sud, de nombreux équipages de chars commencèrent à souffrir du blizzard qui bloquait les viseurs des canons. Il n'était pas rare que des chars perdent leur traction sur le sol et qu'un membre d'équipage se casse le bras alors qu'il était projeté à l'intérieur de la coque68. Néanmoins, le blizzard neutralisa la coordination des unités allemandes69.

La 3e armée roumaine commença à se désintégrer à la fin du 19 novembre67. La 21e armée et la 5e armée blindée soviétiques firent 27 000 prisonniers roumains avant de poursuivre leur progression70. Ils coupèrent les lignes de communication entre les Roumains et la 8e armée italienne et se positionnèrent pour bloquer une possible contre-attaque sur le flanc soviétique71. Alors que les appareils soviétiques mitraillaient les soldats roumains en retraite, la Luftwaffe fut quasiment absente du ciel71,72. Le retrait de la 1re division de cavalerie roumaine, initialement positionnée sur le flanc de la 376e division d'infanterie allemande, permit à la 65e armée de contourner les défenses allemandes73. Alors que les Allemands commençaient à réagir à la fin du 19 novembre, une autre attaque soviétique commença sur le flanc sud de la 6e armée74.

Contre le flanc sud : 20 novembre

Panzer III dans le sud de l'Union soviétique, décembre 1942.
Au matin du 20 novembre, la Stavka contacta le commandant du Front de Stalingrad, Andreï Ieremenko, pour lui demander s'il commencerait son offensive contre le flanc sud à l'horaire prévu, soit 8 h. Il répondit qu'il n'attaquerait que si le brouillard se levait. La 51e armée commença son barrage d'artillerie à l'heure prévue car l'état-major n'était pas parvenu à la contacter mais le reste des forces reçut l'ordre de repousser l'assaut à 10 h75. La 51e armée engagea le 6e corps roumain et fit de nombreux prisonniers. À 10 h, le Front de Stalingrad lança ses unités mécaniques76. Les forces roumaines furent rapidement repoussées par les unités soviétiques77 mais le manque de coordination empêcha l'Armée rouge d'exploiter parfaitement les percées obtenues78.

Les Allemands répondirent plus vite que la veille en redéployant leur seule unité de réserve dans la zone, la 29e division de Panzergrenadiers. Celle-ci fut envoyée au sud pour tenter de renforcer le front roumain au bord de l'implosion77. Les contre-attaques de la 29e division coûtèrent environ 50 chars aux Soviétiques qui s'inquiétèrent de la sécurité de leur flanc gauche79. Néanmoins le redéploiement de la division allemande signifiait qu'à la fin de la journée, il ne restait plus que le 6e régiment de cavalerie roumain entre les forces soviétiques et le Don80.

Poursuite des opérations : 20-23 novembre
Alors que le Front de Stalingrad lançait son offensive le 20 novembre, la 65e armée soviétique continuait son offensive contre le 11e corps allemand le long de l'aile nord du flanc de la 6e armée. Le 4e corps blindé et le 3e corps de cavalerie de la garde soviétique percèrent les lignes et attaquèrent les arrières allemands81. La 376e division d'infanterie allemande et la 44e division d'infanterie autrichienne commencèrent à se redéployer pour faire face à cette menace mais furent handicapées par le manque de carburant82. Le dernier régiment blindé de la 14e Panzerdivision détruisit une attaque soviétique contre son flanc mais son artillerie anti-char fut lourdement touchée par la contre-attaque soviétique81. À la fin de la journée, le 1er corps blindé soviétique poursuivait le 48e corps blindé allemand en retraite tandis que le 26e corps blindé soviétique s'emparait de la ville de Perelazovsky à environ 130 km au nord-ouest de Stalingrad83.


Le général Paulus dans le sud de l'Union soviétique.
L'offensive de l'Armée rouge continua le 21 novembre et les forces du Front de Stalingrad pénétrèrent à près de 50 km derrière les lignes allemandes. À ce moment, les dernières unités roumaines au nord étaient détruites dans des batailles séparées tandis que l'Armée rouge commençait son attaque contre le flanc de la 4e armée de panzers et de la 6e armée84. L'effectif de la 22e division de panzers allemande fut réduit à une compagnie de chars et dut se replier au sud-ouest85. Le 26e corps blindé soviétique, ayant détruit une bonne part de la 1re division blindée roumaine, continua sa progression au sud-est en essayant d'éviter les contre-attaques adverses86. Le même jour, le général allemand Friedrich Paulus, commandant de la 6e armée, reçut des rapports indiquant que les Soviétiques étaient à moins de 40 km de son quartier général et qu'il n'y avait plus d'unités pour empêcher leur progression87. Au sud, le 4e corps mécanisé soviétique reprit son avancée vers le nord après une courte halte et reprit plusieurs villes en direction de Stalingrad88. Comme les forces allemandes dans et autour de Stalingrad étaient en danger, Hitler ordonna aux unités de créer une « position défensive » appelée « Forteresse Stalingrad » regroupant toutes les unités situées entre le Don et la Volga. Il refusa d'autoriser la 6e armée à réaliser une percée pour tenter d'échapper à l'encerclement83,89. Ainsi seule la 16e division de Panzergrenadiers parvint à s'échapper tandis que les autres unités de l'Axe et la plupart des unités de la 4e armée blindée allemande étaient encerclées par les Soviétiques. Le manque de coordination entre les unités de l'Armée rouge permit également à la plus grande partie de la 4e armée roumaine d'échapper à la destruction sur le flanc sud83.

Le 22 novembre, les forces soviétiques commencèrent à traverser le Don en direction de la ville de Kalatch90. Les forces allemandes défendant la ville, essentiellement des unités de maintenance et de logistique, n'apprirent l'offensive soviétique que le 21 novembre et ignoraient son ampleur91. La mission de prendre le contrôle du pont de Kalatch fut confiée au 26e corps blindé qui utilisa deux chars allemands capturés pour approcher et repousser les défenseurs92. Les forces soviétiques entrèrent dans la ville au milieu de la matinée et chassèrent les Allemands hors de la ville. Le 4e corps blindé et le 4e corps mécanisé venant du sud firent leur jonction dans la ville93 complétant ainsi l'encerclement des unités allemandes à Stalingrad94. Le même jour, les combats se poursuivirent autour des poches de résistance roumaines comme celle mise en place par le 5e corps roumain95.

Le 23 novembre, les Allemands lancèrent des contre-attaques locales pour essayer en vain de briser l'encerclement90. À ce moment, les unités de l'Axe prises au piège se replièrent vers l'est en direction de Stalingrad pour éviter les chars soviétiques tandis que celles qui étaient parvenues à éviter l'encerclement avançaient vers l'ouest pour se regrouper avec les forces allemandes96.

Conséquence
L'opération Uranus permit l'encerclement d'entre 250 000 et 300 000 soldats de l'Axe dans une zone large de 50 km et longue de 40 km97. À l'intérieur de la poche se trouvaient environ 100 chars, 2 000 pièces d'artillerie et 10 000 camions98. Les unités s'étant repliées vers Stalingrad avaient abandonné une grande partie de leur armement et matériel99. Les ponts enjambant le Don étaient encombrés de soldats progressant hâtivement vers l'est dans le froid avant que les unités soviétiques ne coupent cette retraite vers Stalingrad100. De nombreux soldats blessés furent piétinés tandis que beaucoup de ceux qui tentaient de traverser la rivière sur la glace se noyèrent101. Les soldats affamés pillèrent les villages soviétiques à la recherche de nourriture de même que les ordures laissées par les unités de ravitaillement102. Les derniers traînards traversèrent le Don le 24 novembre et démolirent les ponts pour bloquer la progression des Soviétiques vers Stalingrad103.

Au milieu du chaos, la 6e armée commença à construire des lignes défensives malgré le manque de carburant, de ravitaillement, de munitions et l'arrivée de l'hiver. Elle dut également combler les intervalles laissés par la désintégration des unités roumaines104. Alors que les commandants allemands considéraient que les forces de la Wehrmacht encerclées devaient tenter une sortie, entre le 23 et le 24 novembre, Hitler ordonna aux unités de garder leurs positions et demanda la mise en place d'un pont aérien pour ravitailler la 6e armée105. Les unités encerclées dans Stalingrad avaient besoin d'au moins 680 t de ravitaillement par jour, ce que la Luftwaffe décimée était incapable de réaliser. De plus, l'aviation soviétique s'était renforcée et menaçait les appareils allemands survolant la ville. Malgré le rassemblement de 500 appareils en décembre, cela n'était pas suffisant pour ravitailler les unités allemandes encerclées106 qui, durant la première moitié de décembre, ne reçurent que moins de 20 % de leurs besoins journaliers107.

Dans le même temps, l'Armée rouge renforça son encerclement avec l'intention de détruire les unités prises au piège. L'encerclement extérieur s'étendait sur environ 320 km même si un quart de cette distance n'était pas protégé par des troupes soviétiques ; la distance initiale entre les encerclements extérieur et intérieur n'était que de 16 km108. Le haut-commandement soviétique commença également à planifier l'opération Saturne109 dont l'objectif était de détruire la 8e armée italienne et d'encercler les forces allemandes combattant dans le Caucase110. L'opération devait commencer le 10 décembre111 tandis que les Allemands préparaient une offensive pour rompre l'encerclement de Stalingrad, dont le déclenchement était prévu pour le 12 décembre.

Anniversaire Opération Uranus Deuxième Guerre Mondiale

par F Fernand, dimanche 27 novembre 2022, 09:34 (il y a 8 jours) @ Jeromec

Salut Jeromec

Dans le futur l'Homme combattera des machines robots pour sa survie.

L'Homme est génétiquement en dangé de mort a cause de la science génétique qui peut détruire ses codes génétiques.

Le dangé est bien réel.

Son ennemie est le monde de l'invisible, le monde des vibrations.

C'est bien plus subtile que tu peux le croire.

Pour les survivants sa sera une réalité.

Une partie de la chine est sous control cybernétique sous le coubercle du monde capitaliste de la rentabilité et du profit de gravité morbide. Tout cela est un sénario de prise de control de la planète terre et ses futurs.

Il y a dangé réel.

De nombreuses planètes on été détruite par la cybernétique. La planète de super man. Notre tour arrive.

Il y a ceux qui son complice du crime.

La IA cosmique sa exsite et se promène de planète en planète. Au sens religieux ont dirait lucifer, satan, l'antiques serpent, le dialbe et bien autre choses.

Salut Jeromec

fernand

Anniversaire Opération Uranus Deuxième Guerre Mondiale

par F Fernand, dimanche 27 novembre 2022, 10:29 (il y a 8 jours) @ F Fernand

Salut Jeromec

L'Homme peut il échapper a la mort génétique.

Je ne définirais la mort génétique. La science comprend surement cela.

L'Histoire du paradie et de la pomme et surtout du péché mortel. Le péché mortel, et comme une mort préméditer.

Le sens de l'évolution disparait. Il y a eu un point de rupture dans la création de la terre. Un point de rupture volontaire et d'une stratégie de haut niveau cosmique.

Pour la religion on parlera de dieu. Dieu est pas une poubelle cosmiques. Lorsque sa va mal c'est la faute de dieu, et lorsque sa va bien c'est la faute du beau diable.

La réponse de tout cela, ce sont des vestiges sur mars et bien d'autres planètes. Ce rendre au centre de la galaxie c'est impossible.

Je penses que la science avec leur machine découvriront des anomalies au centre de la galaxie qui ne seront pas naturel, et il se poseront des questions.

Au centre de la galaxie, il y a peut eu intervention de intelligence en bien et en mal, ce Ne sera pas naturelle. Avec des nouveaux télescopes des vérités effroyables vont se montrer.

L'Homme devrait être plus évolution au sens de la nature, et non se comporter comme une machine, l'Homme de gravité.

Est ce possible de repartir l'évolution ou impossible.

Beaucoup de gens en spiritualité ont pas forcé cette évolution, il ont préféré quitter ce corps pour en prendre un autre.

Qui a intérêt que sa soit comme cela. La nature de origine et ses futurs.

Le laboratoire et la nature sont deux choses différentes.

La guerre au ciel a eu des répercutions dans la création matérielle. Le ciel est une autre nature matérielle.

La Femme devrait suveiller sa nature de elle même.

Trois femmes, lilith, ève, et la vierge. Que de mistère. La pouponnière.

le ciel et l'enfer, Les mistères

Les sortes de univers. L'univer de Marvel.

La science et les bébés naissants.

Bonne réflexion

Jeromec

fernand

Fil RSS du sujet
194904 messages dans 39623 fils de discussion, 1027 utilisateurs enregistrés, 124 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 124 invités)
Temps actuel sur le forum : 05/12/2022, 02:43
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum